Éduquer en pays dominé

39,25 $ & Free Shipping

(Afrique, Amériques, Europe). Cet ouvrage porte sur l’état actuel de l’éducation dans certains pays ayant autrefois connu la Traite esclavagiste entre l’Afrique, les Amériques et l’Europe. Qu’en est-il aujourd’hui, bien après les abolitions et les décolonisations, de cette conscience que les peuples ont acquise d’eux-mêmes, et des changements de regards et de sociétés qu’ils en attendaient ?

10 en stock

Free shipping on orders over $50!

  • Done Satisfaction Guaranteed
  • Done No Hassle Refunds
  • Done Secure Payments
GUARANTEED SAFE CHECKOUT
  • Visa Card
  • MasterCard
  • American Express
  • Discover Card
  • PayPal
UGS : ISBN 9782811125783 Catégories : ,

Description

Avec une préface de Yanick Lahens

Cet ouvrage porte sur l’état actuel de l’éducation dans certains pays ayant autrefois connu la Traite esclavagiste entre l’Afrique, les Amériques et l’Europe. Qu’en est-il aujourd’hui, bien après les abolitions et les décolonisations, de cette conscience que les peuples ont acquise d’eux-mêmes, et des changements de regards et de sociétés qu’ils en attendaient ?

On doit constater que l’empreinte laissée par les anciens dominants reste durablement inscrite et conditionne encore nombre de préjugés tenaces, de falsifications ou de malentendus. Cela se lit dans les programmes scolaires, mais tout autant dans la vie quotidienne, dont les besoins ou les désirs sont « éduqués » par un ailleurs.

L’originalité de cet ouvrage, grâce à la diversité de ses contributeurs, est d’exposer des champs très différents dans lesquels s’induisent encore insidieusement des formes de domination. La plupart des contributeurs – historiens, littéraires, anthropologues, juristes, sociologues, géographes – sont eux-mêmes des témoins directs de ce qu’ils analysent, étant souvent confrontés à ces savoirs et modes de vie qui prétendent façonner leurs identités.

Toutefois, il existe aussi des formes de résistance culturelle efficaces qui constituent des alternatives aux situations actuelles, par la lecture d’une autre histoire, la réappropriation des langues coloniales par les peuples et les littératures, ainsi que par une reconnaissance juridique, bien que sans doute trop lente.

Franck Collin, agrégé, maître de conférences de littérature antique et médiévale à l’Université des Antilles (Martinique), travaille sur les représentations du monde, les échanges interculturels et la mythopoétique comparée.

Jean Moomou, maître de conférences en histoire des mondes moderne et contemporain, à l’Université des Antilles (Guadeloupe), est l’auteur de nombreux articles et de trois ouvrages sur la question de l’esclavage et du marronnage en Guyane, notamment chez le peuple boni.

Caroline Seveno, docteure en histoire de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, spécialiste des cartographies coloniales de l’espace caribéen, dirige l’Encyclopédie des Îles de Guadeloupe et

 

Informations complémentaires

Poids 0,46 kg
Dimensions 16 × 24 cm
Année d'édition

Auteur

, ,

Éditeur

ISBN

ISBN 9782811125783

Nombre de pages

292

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Éduquer en pays dominé”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.