Affichage de 1–10 sur 25 résultats

  • Atlas du Monde Global

    21,40 $

    100 cartes pour comprendre un monde chaotique. En réintroduisant de la raison et du recul dans l’analyse d’un monde complexe, les Auteurs montrent qu’une des clés de l’avenir est de prendre en compte la diversité des visions du monde selon les pays et les peuples.

  • Bonnes manières 1 Règles générales de politesse

    1,95 $

    Règles générale de politesse

  • Bonnes -manières -2 -Politesse -dans -la salutaion

    Bonnes manières 2 Politesse dans la salutation

    1,94 $

    La salutation est le premier contact dans la vie de tout  homme. C’est la première manifestation de courtoisie

    Le savoir-vivre est un ensemble de valeurs et comportements qui harmonisent la vie sociale. c’est pourquoi, il existe des normes établies pour le bien-être de tous:

    • En Afrique, les enfants ne peuvent pas laver seul avant les adultes.
    • Celui qui cultive ne peut pas jouir seul de sa récolte, de même pour le fruit de la chasse
    • La femme qui vient d’accoucher bénéficie d’une attention particulière de la part des autres membres de la famille. Elle ne peut ni piler, ni aire des travaux durs.
    • Le partage et le respect mutuel sont les règles d’or.

    C’est pourquoi ce petit manuel rappelle les notions du savoir-vivre et peut servir de mémo en ce temps de l’interculturalité.

  • Bonnes manières 3 Savoir parler en famille et en public

    1,95 $

    Savoir parler en famille et en public

  • Chemin du vrai bonheur

    6,25 $

    Ce manuel du P. Silvio Moreno montre comment opérer ces choix par un “oui” constructif et un “non” décisif. Le trait d’union entre les oui et non dans ces pages sera la fidélité conjugale : c’est cette histoire de fidélité et d’amour pour toujours entre les époux, qui nous aide et nous apprend à renoncer à certaines choses afin de savoir donner un oui total et définitif.

  • Comment faire un exposé

    4,85 $

    Savoir faire un expos t’apprend à exprimer ton pont de vue avec clarté et assurance lorsque tu t’adresse aux autres. Et c’est une compétence  que tu peux utiliser dans presque toutes les circonstances de ta vie -qu’il s’agisse de donner de indications à un ami pour se rendre chez toi ou de convaincre tes parents de t’autoriser à rentrer tard.

  • Filles et garçons ça doit se savoir

    1,26 $

    Pour toi jeune qui veux comprendre la différence entre l’être homme et femme !

  • Formation civique

    3,20 $

    Ce livre veut donner une information et une formation sur le sens de la citoyenneté et sur celui des responsabilités tant pour le dirigeants que pour les citoyens.

  • Je veux devenir un homme

    2,38 $

    Je veux devenir un homme, il s’agit de l’itinéraire d’un enfant soldat qui a repris ses études et qui, avec le soutien des sponsors (politiciens et cadre), décroche haut la main un diplôme de licence en philosophie.

    Il s’essaie à plusieurs métiers… en attendant de trouver ce qui lui convient. Il veut oublier le passé pour devenir “homme”

  • L’odyssée Australe de Boulinga

    5,95 $

    Fidèle à son éducation chrétienne, l’auteur de ce roman formé chez les Jésuites de St Jean Baptiste de la Salle à Bandalungwa/Makelele, puis chez les protestants pentecôtistes de la Communauté Baptiste du Congo Ouest à Kintambo, lance, à travers cette œuvre, un appel à une prise de conscience par tous les Congolais, en commençant par ses dirigeants jusqu’au citoyen lambda. « C’est notre pays, nous n’en avons pas d’autre. Chacun doit jouer en toute conscience le rôle qui est le sien et contribuer à son essor… » a-t-il indiqué au cours d’un entretien avec Le Phare.
    Il convient de noter que le nom du héros, Boulinga, vient d’une déformation phonétique (Bourlingueur) que son géniteur, cuisinier d’un sujet belge, lui a collé en mémoire d’un infatigable voyageur, fils de son patron.
    Afin de partager cette belle évasion à la jeunesse de Kinshasa, particulièrement les élèves, étudiants et intellectuels, une campagne d’échanges et de dédicaces du roman sera entreprise dans les prochains jours. A en croire l’auteur, il sera du 13 septembre au 31 octobre dans quelques écoles primaires et secondaires dont Collège Nakihinga à Kasa-Vubu (le 13 septembre), Collège Boboto (le 19 septembre), Lycée Sacre Cœur (le 20 septembre), Athénée de la Gombe( 26 septembre), Collège St Joseph/ Elikya ( 27 septembre), Lycée Motema-Mpiko (3 octotre), Lycée Kabambare (4 octobre), Collège Bobokoli ( 10 octobre), Collège St Raphael (11 octobre), collège Boende à Kasa-Vubu(17 octobre), Collège féminin Elikya de N’DJili (18 octobre), Lycée St Thérèse à N’DJili (24 octobre), Lycée Ste Germaine de N’DJili(25 octobre), Collège Bonsomi de N’DJili (31 octobre).
    Du 07 novembre au 06 décembre, la même campagne sera menée auprès des Institutions universitaires et supérieurs telles que INA (7 novembre), Bel Campus (8 novembre), ISC/Gombe (15 novembre), UPC (22 novembre), UCC (28 novembre), UPN (29 novembre), UNIKIN (5 décembre), etc.
    Tshieke Bukasa.

    Nsimba Mani Kabunga, éditeur et directeur du journal Wantashi News Katanga et de Wantpub+Sports, vient de signer une œuvre littéraire intitulée « L’odysée australe de Boulinga », son premier roman publié depuis quelques mois aux éditions Medias Paul à Kinshasa. Roman de poche de 160 pages, son histoire s’étend sur 4 saisons dont la 2ème déjà sous impression.
    Ouvrage rempli d’enseignements historique, géographique et politique, l’intrigue a pour héros un nommé Boulinga, jeune homme congolais décidé d’émigrer particulièrement en Afrique du Sud car « convaincu que l’herbe est plus verte chez le voisin ». Ayant atteint son objectif, cet universitaire s’est vite rendu compte qu’il poursuivait un « mirage ». Péripéties et soubresauts, il les a vécu durant son voyage pour atteindre ce pays tant rêvé.
    L’eldorado lui vanté se révèle n’être qu’un mirage. Où qu’il soit, il est d’abord un étranger. Il n’y a de la place pour lui que dans des boulots que les nationaux rechignent. Le vrai travail réservé exclusivement aux Sud-africains, contrairement à son pays d’origine où les étrangers sont promus que les nationaux.
    Cette aventure révèle autant le terrible paradoxe que vit un intellectuel équilibré, bien éduqué, respectueux des lois de son pays et de toutes les réglementations venant de différentes autorités, mais faisant face à des compatriotes indisciplinés et à un Etat presque démissionnaire. D’où sa conclusion que l’homme congolais doit être formaté.