Un homme blessé à la rencontre d’un psychothérapeute

 Chers internautes, heureux êtes-vous de découvrir la richesse humaine, spirituelle et sociale, en réfléchissant sur le passage de  (Lc 19, 1-10). En effet, cette péricope met en  exergue un homme blessé intérieurement, Zachée,  qui rencontre un psychothérapeute, Jésus. Le passage de Jésus dans la vie de Zachée transforme la vie de ce dernier. Toute personne qui entre  dans notre vie, y laisse les traces. Ces traces peuvent nous transformer positivement ou négativement.  La rencontre de Zachée avec Jésus a transformé positivement la vie de Zachée. Il est parti de Zachée le blessé à Zachée le guéri. De la blessure intérieure à la guérison intérieure.  Tout homme ou toute femme peut se retrouver en Zachée.

  1. L’IDENTITE DE ZACHEE 

Il est le chef des collecteurs d’impôts pour l’occupant romain. Il vivait à Jéricho. Il est grand et petit au même moment. Il est  grand dans son avoir car il était riche mais petit dans son être, car il était de petite taille et pécheur.

  1. ZACHEE BLESSE, STIGMATISE, DISCRIMINE

Zachée est un homme blessé. Sa blessure n’est pas physique mais intérieure. Il n’est pas superflu  de rappeler qu’il existe plusieurs sortes de blessures intérieures telles que : l’abandon, le rejet, la trahison,  l’échec, l’humiliation, l’injustice. Notre cher Zachée porte en lui plusieurs blessures intérieures : le  rejet, l’humiliation, l’abandon.  Il se sent rejeté, abandonné et humilié  par sa société. Son métier fait de lui un pécheur public, un voleur, un détourneur.  Il se sent humilié, il a honte. Il n’a pas  d’amis. Il n’a personne avec qui  partager ses problèmes. Zachée traverse les moments difficiles intérieurement. Il est socialement mort. Il a l’argent mais ce dernier ne lui procure pas le bonheur, la paix intérieure.  Sa réputation est gâchée.  La société lui a collé les étiquettes : pécheur, traitre, collaborateur des Romains, voleur du denier public, un homme corrompu,  quand il passe c’est presque tout le monde qui lui montre du doigt. Il a honte et peur du regard des autres sur lui. C’est la stigmatisation pure et simple. Car la stigmatisation est un «  attribut indésirable ou discréditant que possède un individu, réduisant le statut de cet individu aux yeux de la société » (Goffman). Il s’agit du catalogage d’un individu ou d’un groupe comme différent ou déviant. La stigmatisation  consiste en un processus par lequel les individus se trouvent marqués, étiquetés, suite à une expérience de rejet social. La stigmatisation a pour effet de réduire l’identité de l’individu à une seule facette, celle marquée par la déviance ; la lutte contre cette étiquette qui lui est accolée devient, par conséquent, le principal obstacle à sa réintégration.

Selon Rogel, le stigmatisé est généralement perçu comme occupant une position sociale inférieure. Parfois le stigmate est si important qu’il a pour effet de suspendre tous les autres rôles sociaux que peut jouer l’individu qui en est infligé. Le stigmate devient ainsi le centre de toutes les pensées et donc le premier élément de définition de l’individu.  Le stigmate a également un pouvoir d’extension dont le caractère dévalorisant peut s’étendre à la famille, les proches et à la communauté de l’individu qui en est concerné. Il n’est pas rare de voir les gens avoir peur de prendre femme ou mari  dans une famille où il y a une personne vivant avec VIH/SIDA.  Jésus lui-même est stigmatisé d’avoir fréquenté Zachée : « Il est allé loger chez un pécheur » dit la foule.

Comme Zachée, notre société aujourd’hui connait elle aussi une catégorie de personnes blessées intérieurement. Vous avez parfois un passé lourd, chargé, vous êtes humilié, abandonné et  rejeté par votre famille, votre entourage :

  • Vous êtes père de famille, vous êtes rejeté et humilié par votre  famille, pour avoir commis l’adultère, l’inceste avec votre  propre fille, vous avez été mis en prison pour avoir détourné le denier public, dans le quartier vous n’êtes plus en odeur de sainteté, cela vous pousse à faire les insomnies, vous avez une conscience chargée ;
  • Vous êtes mère de famille, vous êtes rejetée, abandonnée et humiliée par votre mari pour avoir commis l’adultère et avoir  eu un enfant hors mariage, vous avez honte de vous promener en plein jour à cause du regard des autres ;
  •  Vous êtes atteint d’une maladie incurable telle que le VIH/SIDA : vous êtes rejeté par la famille, la communauté, tout le monde a peur de manger avec vous, d’utiliser les mêmes toilettes que vous, on vous a surnommé « ONYATI MBASU », vous êtes mis en quarantaine ;
  • Vous avez été trahi et humilié par quelqu’un qui a exposé vos photos intimes sur les réseaux sociaux, tout le monde en parle, vous êtes indexé, vous êtes traumatisé ;
  • Vous avez été violée par les groupes armés et rejetée par votre famille à cause de cette humiliation, tout le monde vous montre du doigt, vous êtes stigmatisé. Cette stigmatisation change votre auto-perception et vous conduit à l’auto-stigmatisation.
  1. ZACHEE AUTO STIGMATISE

La perte d’estime de soi représente sans doute le phénomène le plus marquant chez la personne étiquetée, la stigmatisation pouvant affecter tous les aspects de la vie d’un individu : discrimination  dans l’emploi, le logement. De plus, la situation de stigmatisé s’accompagne d’un sentiment de culpabilité, des pensées suicidaires, la révolte, le repli sur soi, la solitude, la honte, la peur, la fuite, le subterfuge.

Zachée a perdu l’estime de soi. Il s’est auto-stigmatisé. Comme Zachée,  Mon frère, ma sœur, à cause de tout ce que vous traversez comme situation, vous êtes tombé dans l’auto-stigmatisation. Vous avez perdu le goût de vivre, vous vous culpabilisez  à tout moment,  vous avez mis un point dans votre vie, vous vous êtes dévalorisé à cause de votre maladie, de votre péché, vous avez de la haine envers vous-même, vous avez opté  pour la solitude, vous avez envie de vous suicider.

  1. ZACHEE DESIRANT LA GUERISON

Quand Zachée  apprend que Jésus traverse Jéricho, il se pose la question s’il doit sortir ou pas. S’il doit voir Jésus ou pas. Le désir de voir Jésus est là. Le désir d’être guéri et d’être écouté est là.  Mais que faire de tous ces regards qui vont le juger, la pression sociale. Il est devant deux obstacles : la foule et sa petite taille. Etant donné qu’il a probablement entendu parler  de Jésus, que ce dernier  regarde le pécheur sans le juger, il est ami des pécheurs,  Zachée reprend confiance en soi, pour surmonter les deux obstacles. Il s’accepte tel qu’il est. Il sort de sa solitude, brave la foule et monte sur le sycomore pour rencontrer Jésus le psychothérapeute.  Mon frère, ma sœur, acceptez-vous tel que vous êtes,  sortez de votre solitude, affrontez les regards de la foule, reprenez confiance en vous, car le regard de Jésus sur vous, est un regard compatissant, miséricordieux et aimant. Jésus vous aime tel que vous êtes.  Si vous êtes atteint du VIH/SIDA, n’ayez pas honte de prendre les antirétroviraux. Nombreux meurent parce qu’ils ont honte de prendre les médicaments.

  1. JESUS LE PSYCHOTHERAPEUTE

Jésus soigne par la parole et par l’attitude. Quel est  notre discours  à l’égard de tous ceux qui sont rejetés, abandonnés, humiliés à cause de leurs péchés, leur handicap, leur maladie ? Quelle est notre attitude envers eux ? La parole et l’attitude de Jésus sont thérapeutiques. C’est par la parole et l’attitude que Jésus guérit Zachée : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer chez toi » « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu ».  La parole, le regard, l’attitude de Jésus transforme Zachée. La présence de Jésus chez Zachée, lui redonne confiance, le guérit psychologiquement, ses blessures intérieures  sont pansées, il a trouvé en Jésus un ami qui peut l’écouter, à qui il peut s’ouvrir, auprès de qui il peut se décharger.

La prise en charge psychosociale est capitale dans le processus de la guérison intérieure. La manière dont nous accueillons les malades, les blessés, est déjà le début de la guérison. Nos paroles et nos attitudes peuvent tuer ou guérir nos frères et sœurs qui sont blessés intérieurement. Changeons notre regard sur les pécheurs, les souffrants des maladies incurables et les handicapés. Ils ont besoin de notre affection, attention,  amour, au lieu de les stigmatiser, aimons-les.

  1. ZACHEE GUERI

La rencontre de Jésus avec Zachée a transformé ce dernier. Il y a une métanoia qui s’est opérée. Il est devenu l’homme nouveau. Il se sent maintenant considéré, valorisé. Il fait l’expérience de l’amour  miséricordieux  de Dieu. Malgré ses péchés, Dieu l’aime. Zachée qui était égoïste, il partage maintenant : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois ».  La guérison intérieure  implique l’acceptation de notre état, la conversion,  le pardon. Le pardon reçu et accordé. Au milieu de nos blessures intérieures, nous devons toujours avoir des pensées positives car l’homme est un être dynamique, perfectible, convertible. Hier Zachée le pécheur, aujourd’hui Zachée le sauvé. De Zachée le blessé à Zachée le guéri.

  1. VOCABULAIRE
  2. Zachée: vient de « zakkaï » en hébreu, ce qui signifie : « celui qui est juste », « celui qui est pur »
  3. Jéricho : ville de la lune.
  4. Blessures intérieures: sont des traumatismes (abandon, rejet, trahison,  échec, humiliation, injustice).
  5. Guérison intérieure : c’est, s’accepter, retrouver l’estime de soi, pardonner, se réconcilier.
  6. Psychothérapeute : c’est celui qui soigne par la parole les personnes en souffrance psychologique
  7. Psychothérapie : est un traitement qui repose sur des moyens uniquement psychologiques fondés sur la parole au cours d’entretiens réguliers. Ils peuvent être réalisés seuls ou en groupe avec le psychothérapeute.  La durée de traitement est variable d’un patient à l’autre.
  8. Stigmatisation : c’est le fait d’imprimer sur le corps de quelqu’un une marque indélébile à titre de châtiment, c’est l’étiquetage.
  9. Auto stigmatisation : se produit lorsque les personnes atteintes de maladie mentale et leurs familles intériorisent les attitudes négatives de la société à leur égard, ce qui les amène à se blâmer et à avoir une faible estime de soi.
  10.  Discrimination: fait de séparer une personne humaine des autres en la traitant plus mal.
Présenté par le Père Alain, OMI

Nous vous recommandons la bible Africaine pour approfondir votre méditation

6.7/10

Partagez sur:

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on telegram
Telegram
Share on email
Email

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.